LE GOUVERNEMENT DE LA RDC DOIT ANNULER LA CESSION ET BRADAGE DES GISEMENTS AURIFERES DE LA SOKIMO A AJN RESOURCES

LE GOUVERNEMENT DE LA RDC DOIT ANNULER LA CESSION ET BRADAGE DES GISEMENTS AURIFERES DE LA SOKIMO A AJN RESOURCES
Partager

Durba-Kinshasa-Kolwezi-Lubumbashi 2020

Les organisations de la société civile signataires du présent communiqué sont toujours préoccupées par le communiqué de presse publié par AJN Resources du 1er Mars 2020, signé à partir de Vancouver (Canada) par son CEO et Président Klaus Eckhof, annonçant avoir renoncé à acquérir les 10% des parts que SOKIMO détient dans la joint venture entre elle et Barrick/Anglogold Ashanti dans la Société Kibali Goldmines, mais confirmant sa témérité de poursuivre avec ”la diligence raisonnable” pour l’acquisition par cession, que nous appelons BRADAGE, des parts dans les projets suivants :

  • Zani Kodo  30%
  • Giro Goldfields  35%
  • Wanga      35%
  • Nizi          30%
  • Kibali Sud  30%

Selon le communiqué de la société AJN Resources dont nous avions reçu une copie, la cession des parts de SOKIMO dans tous ces projets permettra à AJN Resource d’aller mobiliser seulement 20 millions des dollars Canadiens, l’équivalent de 17 millions USD.

Les Organisations signataires ont aussi lu le Communiqué laconique et non convaincant du Ministère du Portefeuille du 02 mars 2020 sur leur Page Facebook Officielle et signé par monsieur Kabasele Bakenza Gentil Baker, le Directeur du Cabinet du Ministre.

Les Organisations signataires rappellent au Président de la République, au Premier Ministre et aux Ministres du Portefeuille et des Mines, au nom de la transparence et Bonne Gouvernance, que céder 30% des parts dans le projet Kibali Sud alors que les réserves prouvées valent plus de 2 milliards USD à une entreprise inconnue équivaut au BRADAGE du patrimoine national par le Conseil d’Administration et le Comité de Gestion de SOKIMO avec l’accord du gouvernement.

Les Organisations signataires condamnent la cession des parts de SOKIMO à une société qui n’apporte aucun financement pour SOKIMO mais qui veut aller lever les fonds, 20 millions de dollars canadiens, sur le marché international.

Elles se demandent les vraies raisons poussant à ce BRADAGE d’un patrimoine national précieux au profit des inconnus qui s’appellent JUNIOR du secteur alors que SOKIMO et l’Etat sont en affaires avec un MAJOR, le plus grand producteur mondial d’or BARRICK GOLD, ayant des ressources financières suffisances et de l’expertise éprouvée pour développer plusieurs gisements miniers en République Démocratique du Congo (RDC).

Elles réitèrent leur demande pressant au Président de la République et Chef de l’Etat de convoquer un Conseil des ministres urgent pour éclairer les citoyens congolais, propriétaires naturels des entreprises publiques de l’Etat dont SOKIMO, sur cette cession scandaleuse.

Nos Organisations exigent urgemment au Parlement, représentant du peuple congolais et défenseur légal de ses intérêts de :

  1. Interpeller le Premier Ministre, le Ministre des Mines et le Ministre du Portefeuille pour avoir des informations approfondies sur cette transaction opaque qui BRADE un patrimoine minier national important ;

Nous exigeons au Gouvernement de la RDC de :

  1. Enjoindre à SOKIMO de tenir compte du droit de préemption de Barrick Gold et Anglogold Ashanti avant de céder ses parts en s’inspirant du cas de la Gécamines dans les projets Tenke Fungurume Mining face au groupe chinois CMOC, CMSK face au Groupe Forrest International, sur le gisement de Deziwa face au groupe canadien Platmin ;
  2. D’annuler cette cession en attendant de trouver une possibilité de financer les entreprises du Portefeuille de l’Etat à partir notamment du Fonds minier pour les générations futures ou par d’autres entreprises comme la CNSS et la SONAS,
  3. Si le besoin se faisait sentir de céder ces parts et gisements, de soumettre le processus de cession à un appel d’offres afin de garantir la transparence et permettre au mieux offrant, expérimenté et crédible d’acquérir ces parts.
  4. Que les Ministres du Portefeuille et des Mines prennent conjointement une décision urgente annulant cette cession et BRADAGE, et suspende le Comité de gestion et le Conseil d’Administration de SOKIMO pour bradage du patrimoine national et manquement grave.

            Fait à Durba-Kinshasa-Kolwezi-Lubumbashi, le 03 mars 2020.

Pour les quatorze organisations et plateformes signataires

NomsOrganisationsContacts
Ernest MPARAROLICOCO+243816049837
Franck FWAMBATOUCHE PAS A MON COBALT+243810348785
Henri MUHIYACERN/CENCO+243810526141
King MUSHILANAMAHDH+243997013407
Timothée MBUYAJUSTICIA+243994075131
Jeef KAZADIPRESS-CLUB RDC+243810241942
René NGONGOOCEAN+243998334500
Schadrack MUKADCOORDINATION CADRE DE CONCERTATION DE LA SOCIETE CIVILE DU LUALABA+243815388040
 CASMIA 
 LINAPEDHO 
Mike LAMEKIESPOIR ONG+243978646773
Georges BOKUNDUSARW+243817070127
Devoe NGOYRND ASBL+243816092845
Jean-Luc KAYOKOPODEFIP+243815888985

Contacts Médias :

– Ernest MPARARO

– Georges BOKUNDU

– Franck FWAMBA

– Henry MUHIYA


Partager

Tous pour la RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 + 24 =


Translate »