Le cas curieux d’AVZ, la RD Congo et le plus grand gisement de lithium de la planète

Le cas curieux d’AVZ, la RD Congo et le plus grand gisement de lithium de la planète
Partager

Matt BirneySPONSORISÉ

mar. 19 mars 2024 03h24

AVZ Minerals est au centre d’une saga minière qui ne serait pas déplacée dans une épopée Star Wars. Crédit : Fichier

La bataille juridique (si on peut l’appeler ainsi) concernant le mégagisement de lithium d’AVZ Minerals en République démocratique du Congo (RDC) évoque des images de la scène délirante des bars Cantina dans Star Wars.

Vous savez, celui où tous les personnages ont deux têtes, ou trois bras, ou un long cou, ou des écailles sur le dos, ou une autre difformité folle – et ils ont tous un arsenal d’armes à manier.

Et il est loin d’être exagéré de suggérer que les différents acteurs de la saga qui a assiégé AVZ dans sa lutte pour conserver son incroyable projet Manono, détenu majoritairement, seraient chez eux dans cette célèbre Cantina Star Wars.

L’étrange et merveilleux éventail de personnages rassemblés en RDC avec un œil sauvage fixé sur le brillant projet Manono d’AVZ est presque comique – ou du moins cela pourrait l’être si le grand prix n’était pas la plus grande accumulation de lithium de la planète.

Cette semaine, AVZ a accumulé une nouvelle série de décisions de justice favorables, espère-t-elle, visant à dissiper le malaise déconcertant dans lequel elle se trouve au centre de sa relation avec Manono. Nous en reparlerons plus tard, mais d’abord, un peu de contexte.

Manono dispose désormais d’une ressource presque biblique de 842 millions de tonnes contenant 1,61 pour cent d’oxyde de lithium, 709 parties par million d’étain et 37 ppm de tantale et contient 13,52 millions de tonnes d’oxyde de lithium. Le projet possède deux gisements géographiquement distincts qui pourraient être décrits en gros comme les zones sud et nord.

La zone sud abrite la partie clé du projet connue sous le nom de gisement Roche Dure, qui abrite une incroyable ressource de 669 millions de tonnes contenant 1,61 pour cent d’oxyde de lithium, 690 ppm d’étain et 33 ppm de tantale pour un total général de 10,79 millions de tonnes d’oxyde de lithium.

La zone nord contient les gisements Carrière de l’Este, Malata et Kahungwe ainsi que le camp de construction de Colline Manono. Le centre administratif, la cour centrale et la ferme centrale se trouvent également dans la partie nord du projet.

Notamment, AVZ a déjà foré une ressource de 173 millions de tonnes à la Carrière de l’Este titrant 1,58 pour cent d’oxyde de lithium, 785 ppm d’étain et 52 ppm de tantale. N’eut été de l’ombre portée par le gisement fou de Roche Dure, dans le sud, la ressource de la Carrière de l’Este serait vénérée à part entière comme étant de classe mondiale.

AVZ a observé le deuxième boom du lithium aller et venir depuis les marges de l’ASX, où il est suspendu depuis mai 2022 alors qu’il cherchait à apporter son sabre laser aux forces de type Cantina qui avaient commencé à encercler son gigantesque projet de lithium.

Pour bien comprendre l’état d’avancement du différend juridique actuel autour de Manono, nous devons d’abord examiner de plus près Dathcom – la coentreprise (JV) propriétaire du projet Manono – et son curieux groupe d’actionnaires.

Manono était à l’origine détenue à 100 pour cent par Cominiere, un organisme appartenant au gouvernement de la RDC et créé pour donner au gouvernement une exposition au secteur minier. Il y a quelques années, Cominiere a conclu un accord avec le Chinois au langage rapide Cong Mao Huai, connu au Congo sous le nom de Simon Cong. Cong, qui vit en RDC depuis des années, a une histoire colorée et controversée et est impliqué dans de nombreux domaines.

Dans le cadre de l’accord avec Cominiere, la société Dathomir de Cong a obtenu une option pour acquérir 70 pour cent de Manono en faisant certaines choses – notamment en payant des « frais d’entrée » de 6 millions de dollars américains (9,15 millions de dollars australiens), en travaillant sur le projet, en produisant une étude de faisabilité définitive ( DFS) et plus encore.

Ne voulant pas mettre la main dans sa propre poche, Cong – par l’intermédiaire de Dathomir – a cédé son contrat papier avec Cominiere à AVZ, coté à l’ASX, en janvier 2017. Ou du moins la majeure partie.

Dathomir de Cong conserverait les droits sur 10 pour cent de Manono et AVZ aurait le droit d’en gagner 60 pour cent en reprenant la majorité de ses obligations dans le cadre de l’accord avec Cominiere. AVZ rembourserait également à Cong environ 1,4 million de dollars (2,14 millions de dollars australiens) pour des dépenses antérieures et lui remettrait également 240 millions d’actions de la société.

AVZ a ensuite rempli ses obligations et une coentreprise à trois a été créée, AVZ détenant 60 pour cent de Dathcom (le propriétaire de Manono), Dathomir de Cong obtenant la reconnaissance de ses 10 pour cent de transport gratuit et Cominiere conservant les 30 pour cent restants.

Un pacte d’actionnaires a été conclu entre les parties, donnant à AVZ le premier droit de refus sur toute vente ultérieure d’actions de Dathcom par des actionnaires minoritaires, Dathomir ou Cominiere – un droit qu’AVZ a décidé de ne pas exercer une fois lorsque Cominiere a ensuite vendu 5 pour cent. pour cent de ses 30 pour cent à Dathomir, portant à ce stade la participation dans Dathcom à 60 pour cent pour AVZ, 15 pour cent pour Dathomir et 25 pour cent pour Cominiere.

Comme il est normal dans les pactes d’actionnaires, les parties à la JV ont déterminé qu’en cas de litige, un arbitre convenu serait nommé et dans ce cas, la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale de Paris (CCI) a été choisie.

Ayant un œil sur les investissements potentiellement massifs que chaque partenaire de la coentreprise devrait investir pour construire la mine de Manono, Cong a ensuite cherché à céder ses 15 % de Dathcom à AVZ. Deux accords de vente ont été conclus et signés – un pour 5 pour cent signé en 2019 par Dathomir et un pour les 10 pour cent restants signé en 2020.

Les deux accords exigeaient un dépôt distinct et non remboursable de 500 000 $ US (762 640 AU $), qu’AVZ a payé. Ils pourraient ensuite être adoptés à la discrétion d’AVZ après le paiement de 20 millions de dollars supplémentaires (30,5 millions de dollars australiens – 5 millions de dollars américains (7,62 millions de dollars australiens) pour l’accord de 2019 pour les 5 pour cent et 15 millions de dollars supplémentaires (22,88 millions de dollars australiens) pour l’accord de 2020 et les 10 pour cent supplémentaires.

Au total, AVZ paierait 21 millions de dollars (32 millions de dollars australiens) pour reprendre 15 pour cent supplémentaires du projet auprès de Dathomir et le registre des actions de Dathcom se situerait alors à 75 pour cent pour AVZ et 25 pour cent pour Cominiere. Les documents de transfert d’actions ont été signés par les parties et conservés sous séquestre auprès d’un cabinet d’avocats de la RDC en attendant le paiement final de 20 millions de dollars par AVZ, qui a ensuite été payé.

En avril 2020, AVZ a déposé un DFS sur le projet Manono qui montrait une valeur actuelle nette (VAN) herculéenne de 1 milliard de dollars (1,54 milliard de dollars australiens) après impôts. En 2021, le projet commençait à acquérir une notoriété internationale auprès d’un certain nombre de parties cherchant à se lancer dans l’action. AVZ affirme que Cong a ensuite eu de sérieux remords de la part du vendeur, étant donné qu’il avait précédemment signé des accords contraignants pour vendre 15 pour cent du projet à AVZ pour 21 millions de dollars, pour une valeur totale du projet de 140 millions de dollars (213,5 millions de dollars australiens).

En mai 2021, Cong a écrit à AVZ prétendant annuler la vente de la participation de 15 % de Dathomir dans Dathcom, invoquant la nécessité d’une évaluation. AVZ a déclaré qu’une valorisation n’était pas une condition préalable aux accords de vente d’actions de 2019 et 2020 et a procédé au paiement final de 20 millions de dollars américains à Dathomir en août 2021, avant la date limite.

Dathcom, dirigée par le directeur technique d’AVZ, Graeme Johnston, a ensuite déposé les documents de transfert signés auprès du greffier du RCCM, le registre public officiel des actions en RDC. Un nouveau certificat d’actions indiquant la participation de 75 pour cent d’AVZ a été produit… et c’est à ce moment-là que les choses ont commencé à devenir un peu folles.

Dans un geste presque comique, Cong a reversé les 20 millions de dollars sur le compte bancaire d’AVZ. AVZ l’a ensuite renvoyé, mais cette fois l’argent a été déposé sur le compte séquestre d’un avocat (conformément à une ordonnance du tribunal obtenue par AVZ) et Cong a été invité à aller le chercher – ce qu’il n’a pas fait.

Cong a ensuite tenté de prétendre que le nouveau certificat d’actions émis par le RCCM était un faux et, peut-être inexplicablement, il a réussi à convaincre un tribunal pénal de la RDC de ses allégations. Peut-être encore plus inexplicablement, le tribunal a donné raison à Cong et Dathomir et a condamné Johnston et l’employé responsable de la création de nouveaux certificats d’actions à trois ans de prison et un an de prison, respectivement – ​​même si, heureusement, l’employé a vu sa peine de prison suspendue.

Et la piqûre dans la queue… croyez-le ou non… était une amende de 50 millions de dollars américains (76,26 millions de dollars australiens) payable par Dathcom, vraisemblablement à Cong. L’amende a ensuite été réduite à 25 millions de dollars (38,13 millions de dollars australiens) en appel, puis suspendue dans l’attente d’un nouvel appel d’AVZ devant la Cour suprême.

Le tribunal a également ordonné la destruction du nouveau certificat d’actions attestant la participation de 75 pour cent d’AVZ. Heureusement, Johnston était déjà retourné à Perth à cause du COVID et n’a probablement pas l’intention de retourner un jour en RDC.

AVZ dit que le processus était une farce. Ni Dathcom, ni Johnston, ni AVZ n’ont été informés de l’action en justice et aucun d’entre eux ne s’est présenté devant le tribunal pour présenter une affaire. Soulignant encore davantage la nature farfelue de la procédure, AVZ affirme que ni Dathcom ni Johnston n’ont jamais été officiellement informés de la décision.

AVZ affirme que le nouveau certificat d’actions était effectivement valide car il résultait d’accords de transfert signés par Dathomir qui ont été dûment déposés après le paiement des 20 millions de dollars finaux sur le compte séquestre accessible par Cong.

Cong a ensuite appuyé sur le bouton nucléaire et a lancé une action en justice pour liquider Dathcom, invoquant des violations de l’accord de coentreprise – violations qui, selon AVZ, sont inexistantes. La décision de Cong de liquider Dathcom est curieuse, étant donné que son Dathomir prétend en détenir 15 pour cent.

Quoi qu’il en soit, AVZ affirme que Cong a violé le pacte d’actionnaires et les statuts de Dathcom en ne portant pas le litige devant l’ICC – l’organisme de détermination convenu en cas de litige entre actionnaires.

AVZ a ensuite entamé une action devant la CPI pour empêcher Cong de liquider Dathcom et pour ratifier son achat des 15 pour cent de Dathomir dans Dathcom. Cette action est toujours en cours et AVZ affirme qu’elle utilisera tout résultat favorable de la CPI pour tenter d’annuler la décision du tribunal pénal de la RDC contre Dathcom et Johnston.

Comme dans toutes les grandes épopées, il y a généralement plus d’une seule force obscure et c’est certainement le cas dans cette saga épique. Tout comme AVZ barricadait métaphoriquement la porte d’entrée contre Cong et Dathomir, son autre partenaire minoritaire en coentreprise, Cominiere, rassemblait également ses forces à la porte arrière.

Pendant que le conflit avec Cong se poursuivait, Cominiere tentait discrètement de céder 15 pour cent de sa participation de 25 pour cent dans Dathcom aux forces chinoises sans donner à AVZ son premier droit de refus d’acheter ces actions, conformément au pacte d’actionnaires de Dathcom.

Entrent en jeu le géant chinois Zijin Mining et sa filiale Jin Cheng Mining Company. Le riche Jin Cheng (lire Zijin ici) a payé 33,4 millions de dollars américains (50,94 millions de dollars australiens) à Cominiere et a ensuite revendiqué 15 % de Dathcom – et par extension, 15 % du projet de lithium Manono.

AVZ a ensuite fait appel à la CCI pour obtenir une décision selon laquelle Cominiere avait violé le pacte d’actionnaires de Dathcom en refusant à AVZ son droit de préemption sur l’achat de ces actions et qu’elles étaient invalides.

Après avoir reçu l’argent de Jin Cheng, Cominiere a ensuite très généreusement alloué 6,8 millions de dollars américains (10,37 millions de dollars australiens) sur les 33,4 millions de dollars américains pour « les besoins de fonctionnement (y compris les commissions, honoraires et rémunérations exceptionnelles de tous ceux qui auraient autrement contribué à l’opération). ».

Il semblerait que c’était le jour de paie pour toutes les personnes présentes au bar Cantina.

Ce petit bijou n’a vu le jour que lorsque l’Inspection générale des finances du gouvernement de la RDC (oui, elle en a une) a lancé une enquête sur Cominière. L’IGF, comme on l’appelle, était chargé de déterminer si les actions de Cominiere en relation avec la prétendue vente des actions de Dathcom à la filiale de Zijin, Jin Cheng, étaient appropriées et si la conduite récente de Cominiere avait été légale, entre autres choses.

Il est préférable de lire ce rapport IGF avec un verre de vin et un bon repas.

Parmi ses diverses conclusions figure la détermination selon laquelle Cominiere a agi en violation de ses statuts, en violation du code minier de la RDC et que la vente des actions à Jin Cheng contenait certaines « irrégularités ». Oh oui, et l’IGF a également constaté que le paiement de 6,8 millions de dollars à la foule au bar Cantina pour frais et autres éléments liés à la vente d’actions avait été « affecté de manière inappropriée ».

Le rapport de l’IGF est remarquable car il met en lumière Cominiere et ses relations avec le gouvernement de la RDC. Même si, techniquement, Cominiere est un instrument du gouvernement de la RDC, le rapport de l’IGF suggère qu’ils ne sont peut-être pas tout à fait unis à la hanche, ce qui augure bien pour l’objectif éventuel d’AVZ d’obtenir un permis minier du gouvernement de la RDC pour Manono.

Notamment, la prétendue vente d’actions de Cominiere à Jin Cheng pour 33,4 millions de dollars, soit 15 pour cent de Manono, valorisait 100 pour cent du projet à un peu plus de 220 millions de dollars (335,56 millions de dollars australiens) – ce qui serait bien si AVZ et Dathcom n’avait pas encore présenté de DFS montrant la VAN après impôts du projet à un peu plus d’un milliard de dollars américains.

De toute évidence, la force est dans le camp de Jin Cheng, qui semble avoir utilisé une vieille astuce Jedi pour convaincre Cominiere de la misérable évaluation de 220 millions de dollars pour le projet. Soit dit en passant, il est difficile d’imaginer que l’un des clients du bar Cantina restitue les 6,8 millions de dollars de frais et autres choses si la CPI décide que la vente de ces actions par Cominiere à Jin Cheng était invalide – ce qu’elle a en quelque sorte fait cette semaine. – Mais plus là-dessus plus tard.

Cominiere a alors appuyé lui-même sur le bouton nucléaire en vue de faire exploser le vaisseau mère Dathcom. D’une manière ou d’une autre, Cominere a réussi à convaincre un tribunal de la RDC que la JV Dathcom avait été dissoute et qu’en tant que propriétaire initial des immeubles Manono, ils devaient être restitués à Cominiere.

AVZ affirme qu’il est impossible que la JV Dathcom ait jamais été dissoute et que Cominiere n’a pas le droit d’y mettre fin. Dans ce qui semble être une tendance inquiétante, une fois de plus, AVZ et Dathcom n’ont pas été partie prenante au procès de Cominiere – ni même informées.

Néanmoins, le tribunal a prétendu avec complaisance attribuer la totalité des baux de Manono à Cominiere et les forces du bar de la Cantina étaient une fois de plus au plus haut – du moins c’est ce qu’ils pensaient.

Dans le brouillard des célébrations, l’alliée bien armée de Cominiere et maison mère de Jin Cheng, Zijin (via l’une de ses filiales), s’est vu attribuer les concessions du nord qui contiennent la fabuleuse ressource de lithium de 173 millions de tonnes. Il sera révélé plus tard qu’une filiale de Zijin ne détiendrait que 61 pour cent des baux du nord et que Cominiere aurait le reste.

Mais le plus curieux est qu’en octobre de l’année dernière, Zijin a révélé que le paiement de 33,4 millions de dollars versé à Cominiere pour 15 pour cent de Dathcom serait « transféré » au véhicule JV qui prétend détenir la partie nord de Manono en guise de paiement pour les 61 pour cent de Zijin. pour cent de cette coentreprise.

Mais qu’en est-il de l’affirmation de Zijin selon laquelle il aurait payé 33,4 millions de dollars pour 15 pour cent de Dathcom ? Zijin a-t-il vu ce qui était écrit sur le mur et a-t-il changé de cap ?

Peut-être que la force est aussi avec Zijin et qu’il a réussi à prévoir d’une manière ou d’une autre la décision stupéfiante de la CCI annoncée par AVZ au marché cette semaine qui a mis un coup d’épée dans l’eau dans la prétendue vente par Cominiere de 15 pour cent de Dathcom à Jin Cheng – enfin presque.

Le 15 mars, la Cour internationale d’arbitrage de la CCI a décidé qu’elle n’entendrait pas une affaire intentée par Jin Cheng.

Cette affaire alléguait qu’AVZ (par l’intermédiaire de sa filiale AVZ International) abusait de sa participation majoritaire dans Dathcom en refusant de reconnaître la prétendue participation de Jin Cheng dans Dathcom. La CCI a refusé d’entendre la plainte au motif que Jin Cheng n’apparaissait pas dans le registre des actions de Dathcom et n’avait donc aucun recours devant la CCI, un organisme de résolution des litiges réservé aux « actionnaires » de Dathcom.

Peut-être plus particulièrement, la CCI a fait supporter à Jin Cheng les frais de justice non négligeables d’AVZ, lui ordonnant de rembourser à la filiale d’AVZ 75 000 dollars américains (114 400 dollars australiens) au titre de ses frais d’arbitrage, 813 474 dollars australiens pour les frais de défense et plus de 3 millions d’euros (5 dollars australiens). millions) pour d’autres « frais juridiques ».

AVZ indique que la CCI traitera prochainement sa propre allégation de fond selon laquelle Cominiere aurait violé son droit de préemption pour acheter les actions qui, selon elle, ont été vendues à Jin Cheng, en plus d’autres questions peu recommandables qu’elle allègue concernant la prétendue vente de ces actions.

Restez à l’écoute pour le deuxième épisode de cette bataille.

Entre-temps, AVZ a ouvert un deuxième front juridique dans sa lutte épique pour conserver Manono. Entrez le CIRDI, ou le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements.

Le CIRDI (à ne pas confondre avec la CPI) est une sorte de tribunal à Washington DC qui dépend de la Banque mondiale. Il a été créé en 1966 pour régler les différends en matière d’investissement entre États et ressortissants étrangers d’autres États et est inscrit dans la plupart des traités internationaux d’investissement ainsi que dans de nombreuses lois et contrats d’investissement. Il est important de noter que la RDC est un État membre du CIRDI depuis 1970.

En juin de l’année dernière, AVZ a lancé une action auprès du CIRDI pour exiger du gouvernement de la RDC qu’il délivre à Dathcom un permis d’exploitation minière pour Manono – annulant ainsi l’affirmation de Cominiere selon laquelle elle et Zijin se sont déjà partagés les bénéfices nord et sud du projet.

Et maintenant, il semble que les grandes roues de la justice pourraient enfin tourner pour AVZ sur son deuxième front. En janvier de cette année, le tribunal du CIRDI a rendu une décision provisoire ordonnant au gouvernement de la RDC de rétablir la partie sud de Manono qui contient l’énorme ressource de lithium de 669 millions de tonnes au nom de Dathcom, dont AVZ affirme toujours posséder 75 pour cent. .

La décision est pleinement exécutoire et constitue une décision provisoire permettant de mener à bien l’ensemble du processus d’arbitrage, la décision finale devant être rendue lorsque le CIRDI aura été en mesure d’entendre les arguments de toutes les parties.

La décision n’inclut pas la partie nord de Manono, qui contient des ressources de lithium de 173 millions de tonnes, ni une grande partie des infrastructures existantes du projet. Cette partie du projet aurait été confiée au couple Zijin-Cominiere et le CIRDI était réticent à s’occuper de cette partie à titre provisoire, compte tenu de l’implication d’un tiers (Zijin). Cependant, il le sera toujours en dernière analyse.

La victoire intérimaire d’AVZ fait suite à une autre décision favorable rendue en décembre de l’année dernière, cette fois par la CPI, qui a ordonné au Cong de Dathomir de remettre son bâton dans son sac à dos – du moins pour le moment. La CPI a émis une injonction d’urgence exigeant que Cong abandonne son action en justice pour liquider Dathcom jusqu’à ce que les questions de fond entre les parties puissent être entendues et tranchées.

En mai de l’année dernière, la CCI a également donné une gifle à Cominiere en l’empêchant de prendre d’autres mesures ou poursuites judiciaires en relation avec sa prétendue résiliation de la JV Dathcom jusqu’à ce que les questions de fond entre les parties puissent être entendues par la CCI. Une pénalité de 50 000 € (83 000 AU$) par jour a été imposée pour faire bonne mesure.

Avance rapide jusqu’en novembre de l’année dernière et AVZ était de nouveau devant la CPI, arguant que Cominiere avait ignoré ses ordres et qu’une amende journalière supplémentaire (et supplémentaire) de 50 000 € avait été imposée, rendant désormais les choses décidément inconfortables pour Cominiere. Cette amende s’élève désormais à plus de 45 millions d’euros (74,74 millions de dollars australiens).

Il est intéressant de noter que lors de l’audience de novembre, la CPI a déterminé que Cominiere avait « dissimulé » le fait qu’elle avait demandé et obtenu une décision de justice en RDC concernant la prétendue dissolution de Dathcom.

La grande tragédie de cette série épique est qu’AVZ et Dathcom ont trouvé un allié intergalactique doté de suffisamment de ressources pour financer la totalité de la partie en fonds propres des investissements nécessaires à la construction de la mine de Manono. La société chinoise Suzhou CATH Energy Technologies (CATH) appartient en partie au fabricant de batteries au lithium le plus prolifique au monde, Contemporary Amperex Technology (CATL), et a un réel intérêt à construire une mine et à produire du lithium.

Dès septembre 2021, CATH a accepté d’investir quelque 240 millions de dollars américains (366,7 millions de dollars australiens) pour construire l’usine en échange de 24 pour cent du projet, ramenant finalement la part de 75 pour cent d’AVZ à 51 pour cent, toujours contrôlante. .

Cela aurait probablement couvert la part des capitaux propres d’AVZ nécessaire à la construction du projet, ce qui aurait couronné la RDC comme le pays possédant la plus grande mine de lithium au monde et aurait considérablement élevé son statut de juridiction minière mondiale.

AVZ affirme que CATH est toujours très engagé et que tous deux comptent désormais sur des résultats finaux favorables à la fois de la CPI et de l’ICISD – ou alternativement, du gouvernement de la RDC, qui pourrait simplement mettre Cong et Cominiere à genoux et délivrer un permis minier directement à AVZ.

Quel que soit le résultat, la vue depuis les sièges bon marché en marge de ce grand blockbuster sera bonne.

La force l’emportera-t-elle ? Les personnages du bar Cantina vont-ils fondre ?

Ou la République viendra-t-elle à la rescousse de cette ressource de lithium à l’échelle biblique et lui permettra-t-elle de passer en toute sécurité à la production ?

AVZ rassemble bien ses forces et dispose désormais d’un sac de décisions de justice favorables à son actif alors qu’il se prépare pour ce qui sera sans aucun doute un épisode final épique qui pourrait bien voir le plus grand gisement de lithium du monde catapulté en production – et qui sait, peut-être. cela coïncidera parfaitement avec l’inévitable troisième boom du lithium.


Partager

Tous pour la RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 ⁄ 7 =


Translate »